✍️ Le Babel de Buja

En 2017, nous avons été contactés par l’Institut Français du Burundi pour former de jeunes slameuses et slameurs de Bujumbura à l’animation d’ateliers slam. Rouda et moi avons successivement fait le déplacement et rencontré une jeunesse fougueuse et passionnée, éprise de mots et de poésie, avec une furieuse envie de déclamer son vécu !

C’est aussi un pays en crise que nous avons trouvé, voisin oublié du Rwanda et de ses plaies béantes. Les jeunes Burundais sont aussi les héritiers de cette histoire, ainsi que de celle de la RDC et des traumas de cette superbe Afrique des Grands Lacs et des mille collines. Ce petit pays, finement décrit par Gaël Faye dans son roman du même nom, a vu grandir ses enfants et ce sont eux désormais qui portent des projets novateurs pour leur communauté.


Ainsi, le Collectif Jewe Slam, qui s’est créé suite à nos interventions, est devenu le moteur d’un mouvement slam florissant et dynamique. Ses membres ont créé un projet incroyable : le Babel de Buja, soutenu par les programmes Accès Culture de l’Institut français et par Akarang'Art de la Délégation de l’Union européenne au Burundi.

C’est dans ce cadre que j’ai eu la chance de revenir à Bujumbura, afin de les accompagner plus encore sur l’administration du projet et sa mise en scène, en soutien du travail déjà conséquent de toute leur équipe. En effet, ce ne sont pas moins de 25 artistes, slameurs, rappeurs, danseurs modernes et traditionnels, musiciens qui se rencontrent sur scène autour de thématiques fortes : les différentes langues du pays (kirundi, swahili, français, anglais), l’égalité hommes-femmes, la santé, l’éducation…

Encore une fois, ce sont d’impérissables souvenirs qui sont venus se graver dans mon esprit, et une joie renouvelée de voir la qualité de leurs créations. Les spectacles se joueront dans trois des quartiers de Bujumbura, en plein air et en accès libre afin de garantir l’accès à la culture pour le plus grand nombre.


Lyor.

Photos : @juniorsafary